Blog

Journal de confinement

Qui je suis et d’où j’écris

J’ai d’abord pensé au journal pour ne pas m’ennuyer, ensuite parce que la situation est inédite et que ce serait bien de m’en souvenir, en tous cas, de certains moments. J’ai pensé que pour que ça intéresse quelqu’un d’autre que moi, mon récit devait être personnel, intime, sincère et contextualisé. Ça me parait plus honnête de dire d’où j’écris. Ça ne va pas être une tache facile, je ne suis pas certaine d’avoir le courage et l’assurance nécessaire. Mais je peux toujours essayer. Au pire, si ça ne vous plaît pas, ne revenez pas. Mes conneries sont moins graves que celles du président et pourtant beaucoup ont voté pour lui.


J’ai 53 ans, mère de jumelles de 21 ans. Il y en a une qui vit toujours avec moi. Je suis prof de théâtre, je fais un peu de coaching, et j’écris.
Je vis dans un HLM, dans une cité au centre de Tours. Ville de 137 000 habitant environ. Je suis touchée de plein fouet par l’interruption de l’activité économique. Je ne donne plus aucun cours. Je suis salariée de plusieurs compagnies de théâtre, j’ai des CDI dans deux d’entre elles, la troisième, je suis payée par les chèques emplois service en tant qu’animatrice. Je ne sais pas quel est mon statut. Par tous, je suis payée à l’heure travaillée, sans minimum mensuel.

En ce qui concerne les cours de théâtre, j’interviens après l’école et le mercredi, auprès d’enfants, et le soir auprès d’adultes. Dans la journée, j’interviens souvent dans des établissements scolaires, des centres d’aide sociale. Pendant les vacances, et certains samedis, j’anime des stages.
Là, je n’ai plus d’activité. Les stages ont tous été annulés ce qui veut dire perte sèche. Les interventions en milieu scolaire aussi, perte sèche. Le salaire des 6 heures hebdomadaires d’ateliers pour adultes, pourraient, peut-être, sous certaines conditions, être maintenu, si…… on n’a pas encore la réponse, et si ça ne dure pas trop longtemps. Le salaire des 7.5 heures d’ateliers hebdomadaires pour enfants, ni mon employeur, ni moi ne savons ce qui sera possible de faire.
Quand je touche le chômage à taux plein, pendant les mois d’été par exemple, je touche 550 €/mois. Comme j’élève ma fille seule, son père verse une pension de 175€. Je ne touche plus d’allocations familiales depuis que ma fille a 21 ans, il me reste genre, 35 balles d’Apl. J’ai droit à une prime d’activité, mais là, je ne sais pas si elle sera maintenu, vu que, je n’en ai plus, d’activité. Elle doit être de l’ordre de 200€.
Je ne sais pas du tout ce que je vais avoir comme revenus à la fin du mois. Je ne sais pas comment je ferai face à mes créances, loyer, énergie, téléphone, internet, assurances, mutuelle, et remplissage de frigo. De très gentilles personnes m’envoient des infos sur les congés maladie, le chômage partiel, ou l’intermittence. Je ne sais pas si je fais parti d’une seule de ces catégories. D’ailleurs, faut arrêter de m’envoyer ça. De toutes façons, ce n’est pas à moi de faire les démarches, c’est à mes boss.

Coté, culturel, je suis une petite fille de bourgeois, moi, je suis déclassée. Mais je suis relativement cultivée, informée, politisée et carrément féministe. Je suis de gauche, pas PS, de gauche, et bourrée de contradictions et de dissonances cognitives. Le fait de le savoir ne me rend pas plus heureuse.

Voilà pour le profil, dessiné à gros traits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *