Aude Dite Orium / Journal de confinement

Confinement, jours 3 et 4

J’ai pas écrit hier, c’est pas parce que je ne travaille pas que je n’ai rien à faire, d’une part, et journal ça veut pas dire forcément tous les jours. Je me dis ça à moi-même. J’ai un dialogue intérieur très riche et pas toujours aimable. Je me faisais le reproche d’avoir rien foutu, alors….

Hier et ce matin, je me suis levée pleine d’une nouvelle énergie. Pas question de me laisser bouffer par l’inertie. Donc j’ai fait un peu de ménage chez moi. Je divise en morceau parce que je n’aime pas du tout ça. Ca faisait un moment que j’avais lâché l’affaire et tout me taper d’un coup, je n’en avais pas le courage. Et en plus c’est un truc a me dégoutter pour les 3 mois à venir.

Ensuite, je suis allée me promener. Hier côté campagne, aujourd’hui coté ville. Il fait beau, les gens sortent. Il n’y a pas foule en ville, on se croirait un dimanche de mauvais temps alors qu’il fait beau. J’ai vu des enfants, aujourd’hui. Je le note à présent, davantage de petites filles avec leur mère. Et aucun père seul avec leurs enfants.
Je suis allée faire coucou à ma seconde fille. Je ne suis pas monté chez elle. Elle est descendue et nous sommes restées à plus d’un mètre de distance. Ça m’a fait du bien de la voir. En rentrant, j’ai eu une copine au téléphone, on a parlé pendant… Je ne sais pas, deux heures peut-être. C’est bien d’avoir le temps et de savoir que l’autre l’a aussi.

Je lutte contre le confinement en respectant les consignes de sécurité. L’isolement ne me fait pas peur, c’est plus l’enfermement. Là, je vis avec ma fille, dans un appartement largement assez grand pour nous deux. Je suis assez solitaire. Mais ça n’a rien à voir avec des vacances, des moments que je pourrais m’offrir à glander toute la journée sur mon canapé. Je ne sais pas combien de temps ça va durer, je ne sais pas si le gouvernement ne va pas renforcer les règles et réduire encore ma liberté, du coup, tant qu’il fait beau et que je peux, je sors.

À 20 heures, nous étions 3 à applaudir à la fenêtre. Ma fille n’en faisait pas parti. Je ne sais pas pourquoi je le fais. C’est factice. C’est un # pour faire bien sur les réseaux sociaux. Ça n’aide pas les personnels de santé. Ce qu’il leur faut, ce sont des bras et du matériel, et ce n’est pas en tapant dans nos mains que l’on va compenser.

J’ai lu dans la presse que L’État prévoit un plan de 45 milliards d’euros pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie et un budget de deux milliards dans la seule lutte sanitaire contre le coronavirus. (arrêts maladie, masques et rémunération des personnels soignants, à dit Darmanin) Il plaisante ou quoi ? Juste 2 milliards sur 45 pour la santé. J’aimerais bien qu’il décrivent précisément où et comment vont être affectés les 43 milliards restants.

Il est 22h30, j’ai goûté d’un sandwich à 17h et mangé des bonbons. Je crois que je vais me faire un film. Je n’ai pas réussi à lire pour l’instant, pas vraiment. Ce serait dommage de ne pas le faire, maintenant que j’ai le temps. Oups ! j’ai oublié d’étendre la machine que j’ai lancé vers 15 heures. Je la relance demain ou je me bouge le cul maintenant et je l’accroche ?

Réponse au prochain épisode.

Épisodes précédents
pourquoi j’écris

Commentaires



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *